Lettre d'information du 30.7.21 "Deux anniversaires - un regard en arrière et un regard en avant".

Une déclaration de l'auteur Markus Häni

L'avant-dernier bulletin d'information a suscité quelques réactions critiques de la part de membres qui se sont offusqués de l'expression "hystérie sexiste de la gauche verte". J'ai pris en compte avec gratitude les critiques de ces personnes et je voudrais commenter les mots que j'ai choisis.

On m'a confié la tâche d'écrire quelque chose sur les thèmes auxquels le titre fait allusion. Le projet a été relu par une femme et un homme sans qu'aucune objection ne soit faite sur les mots. Toutefois, le contenu de la lettre d'information est mon opinion personnelle et ne reflète pas celle du Conseil d'administration. Je n'ai pas cherché pourquoi il y avait une fête fédérale pour les femmes sur le Rütli, ce n'était pas assez prudent. Peut-être aurais-je formulé la phrase différemment. Bien sûr, je me réjouis du suffrage féminin et de toutes les grandes femmes de notre mouvement, dont certaines que je connais et avec lesquelles j'entretiens de bonnes relations. J'utilise l'expression "hystérie sexiste de la gauche verte" pour désigner l'importance des soi-disant questions féminines dans le discours politique, qui me font réfléchir car, à mon avis, elles détournent l'attention de problèmes plus essentiels. Nous discutons du langage approprié au genre et de la position des transsexuels, les organisations qui s'occupent des questions féminines sont généreusement financées par l'argent des contribuables sans avoir à présenter des accords ciblés et des concepts concrets, et dans les écoles de formation des enseignants, des théories décoiffantes sur le genre en tant que construction sociale sont diffusées de manière totalement non scientifique dans le but d'en convaincre les futurs enseignants du primaire et de transmettre ce "savoir" à la prochaine génération. Je pense qu'il est tout aussi erroné d'exclure les hommes d'une célébration fédérale à une époque où la politique de la Corona, génératrice de peur, divise délibérément la société, que de faire de la discrimination à l'encontre des personnes non vaccinées. Bien sûr, en choisissant un terme de combat politique, j'ai soutenu de manière quelque peu irréfléchie l'idée de division ; c'était l'expression d'une frustration qui n'a rien à voir avec la masculinité blessée. Une femme n'est pas non plus hystérique ou à mettre dans un pigeonnier de parti politique si elle était sur le Rütli. De plus, je suis conscient que le mot hystérie déclenche à juste titre des sentiments blessés chez les femmes, historiquement. À cet égard, je peux m'excuser d'avoir utilisé ce mot, mais je m'en tiens à mon opinion de base. C'est un fait vérifiable que les politiques décrites ci-dessus sont principalement dictées par les partis de gauche et les partis verts et qu'elles attaquent l'institution importante qu'est la famille.
Markus Häni, Conseil d'administration des Amis de la Constitution

0
Panier d'achat
  • Aucun produit dans le panier.